19 novembre 2013, par Eugène Schön

Le trading du grain a sa première plateforme d’information: Agflow

Agflow

Une équipe composée d’experts des céréales et d’entrepreneurs a lancé, mercredi, une plateforme informative et participative à destination des traders internationaux.

L’histoire commence par trois analystes de marché, James Dunsterville, Siavosh Arasteh et Nicolas Carteron, qui travaillaient ensemble chez Agrinews. ««Les requêtes de nos clients étaient souvent la conséquence d’un manque d’infrastructure technologique. Nous avons eu l’idée de construire une nouvelle plateforme d’information pour abriter les données de marchés de gré-à-gré», raconte Nicolas Carteron. L’inscription au registre du commerce d’Agflow date du 2 octobre 2012.

Grâce à un tour de financement auprès d’investisseurs issus du même secteur, la start-up a pu mettre au point sa plateforme. En développement depuis le printemps dernier, elle vient d’être mise en ligne et se consacre uniquement aux marchés du grain et des oléagineux. Mais elle ne s’adresse pas au grand public. «Elle s’adresse aux courtiers et aux spécialistes du négoce de matières premières, afin qu’ils échangent leurs informations. Par exemple, les courtiers mettent en ligne les niveaux de prix qu’ils observent, et les opérateurs y accèdent dans une interface malléable et simple à utiliser. Ce n’est en aucun cas une plateforme de trading!», précise Nicolas Carteron.

Selon le co-fondateur Siavosh Arasteh, Agflow a déjà tapé dans l’œil de beaucoup de spécialistes, et travaille maintenant sur sa couverture des marchés mondiaux. «Les marchés de gré-à-gré ont des paramètres très spécifiques. Il est essentiel que le réseau Agflow soit d’excellente qualité. C’est pourquoi, chaque inscription sur la plateforme doit être validée au préalable par nos soins, avant que l’utilisateur puisse utiliser nos services.» Les tamis de l’inscription sont notamment les marchés géographiques sur lesquels ils sont présents, quelles matières premières ils échangent, ou avec quelles entreprises ils collaborent. Les utilisateurs souscrivent un abonnement mensuel.

Si, dans l’avenir proche, les créateurs vont se concentrer sur le développement d’Agflow dans les céréales et oléagineux, ils restent ouverts à d’autres marchés physiques, comme ceux des huiles végétales et du sucre.

ICTJournal le 15.11.2013

Mots-clefs: ,