8 novembre 2013, par Barbara Ben Hamadi

300’000 euros pour la start-up d’analyse de données Faveeo

Jackpot faveeo Alp ICT

Faveeo, start-up genevoise active dans la recherche intelligente, annonce avoir levé 300’000 euros et compte accélérer son déploiement au sein des entreprises.

«Nous sommes très heureux et excités de vous annoncer que nous avons clos un tour d’investissement de 300’000 euros, pour nous aider à poursuivre le développement de nos activité et accélérer la vente», dit la première phase du communiqué de Faveeo. La start-up genevoise fondée l’an dernier propose un moteur de recherche B2B spécialisé et personnalisé, grâce à sa plateforme de monitoring de médias «Web and social media discovery dashboard». Pour son développement, elle s’est mise à la recherche d’investisseurs.

«Les contacts ont été menés durant cet été, et nous avons trouvé deux profils d’investisseurs intéressants», explique Alexis Dufresne, CEO de Faveeo, à notre rédaction. Il s’agit de Paul-Emmanuel Prunet, vice président de la Banque Rothschild, à New York, et Tony Pierro, general manager, au cabinet d’avocat Fasken Martineau LLB, à Toronto. «Ils ont perçu un grand potentiel pour le secteur de la finance. Le marché des plateformes de veille n’a pas été brassé depuis de longues années. Notre solution est plus facile à maintenir et plus abordable financièrement. Elle s’adresse aux jeunes banquiers.»

Nouveaux projets

Avec l’argent reçu, la start-up compte terminer le développement de sa plateforme de vente en ligne semi-automatisée, accélérer le déploiement chez les nouveaux clients et agrandir l’équipe de vente. «Montrer la valeur de l’entreprise», résume Alexis Dufresne.

D’ailleurs, d’autres projets sont en cours, par exemple la disponibilité de la plateforme pour les particuliers d’ici 2014. Elle visera les spécialistes de la finance et de la recherche scientifique, blogueurs, analystes, journalistes…

La plateforme n’étant pour l’instant disponible qu’en anglais, les ventes se tournent vers les  pays anglophones. Mais courant 2014, une version française, ainsi qu’une version allemande, viendront s’ajouter à l’offre.

La start-up emploie actuellement trois personnes à temps plein et deux temps partiels. Elle peut compter aussi sur deux vendeurs partenaires au Canada.

ICTjournal, 04.11.2013

Réponse

*