15 avril 2013, par Eugène Schön

L’émergence d’un cluster du jeu numérique en Suisse

Gaming & Multimedia

La multiplication des entreprises est favorisée par celle des filières de formation. Faibles barrières d’entrée.

Avec le succès des smartphones et des tablettes dans le monde, les entreprises suisses actives dans la conception de jeux vidéo font déjà figure de références. Les filières de formation dans ce domaine se sont multipliées ces dernières années, et l’effet économique est impressionnant. Le seuil d’opérabilité est heureusement assez bas. Les jeux vidéo traditionnels nécessitent de colossaux investissements dans le développement, mais les entreprises suisses se concentrent dans les casual games, des micro-jeux grand public, faciles à utiliser et dont la conception est beaucoup moins coûteuse.

La Suisse occidentale regroupe de nombreuses start-up en phase d’internationalisation, comme l’entreprise genevoise Everdreamsoft. Le mode de commercialisation de ces produits accessibles sur les plateformes de téléchargement, permet aux structures de se passer d’éditeurs. Les entreprises peuvent donc placer assez facilement et rapidement leurs produits sur le marché.

Les formations dédiées relèvent tant du niveau universitaire que d’établissements privés. Elles sont nombreuses de Zurich à Genève, suivies par un nombre croissant de futurs développeurs et entrepreneurs. L’Ecole suisse d’imagerie interactive et du jeu vidéo d’Yverdon illustre cette volonté de jouer un rôle majeur sur ce marché très porteur. Avec actuellement un jeu sur deux acheté en ligne, ou sur une plateforme mobile, les tendances dans la distribution digitale représentent un véritable défi pour l’industrie et le commerce des jeux vidéo. Qui ont toutes les cartes en main pour faire mieux connaître leur envergure et celle du cluster.

Article écrit par Damien Grosfort et publié dans l’AGEFI le 09.04.2013

Réponse

*