18 février 2013, par Eugène Schön

L’innovation convainc les studios asiatiques

Faceshift at Alp ICT Venture Night 2013

FACESHIFT. La start-up suisse active dans l’animation d’avatars prévoit une extension internationale.

Lauréate de deux prix lors de la cinquième Alp ICT Venture Night, qui s’est déroulée jeudi soir à Genève, la start-up suisse Faceshift affiche de grandes ambitions sur le plan international. Commercialisée depuis novembre, sa technologie d’animation d’avatars est très recherchée, en particulier par les studios d’animation asiatiques.

La start-up Faceshift a été créée en juin 2012 par quatre étudiants et chercheurs, dont Mark Pauly, professeur à l’EPFL. Désormais basée au Technopark de Zurich, Faceshift est un spin-off de l’EPFL. Le projet a été initié il y a deux ans par son actuel CEO, Thibaut Weise, qui a étudié à Zurich, Bâle puis à Lausanne, au sein du Laboratoire d’informatique graphique et géométrique de l’École polytechnique.

Faceshift propose une application capable de recréer, en temps réel, les mimiques d’une personne sur un avatar. La capture des expressions et émotions du visage humain s’effectue au moyen d’une caméra 3D placée en face de l’utilisateur, sans besoin de placer des capteurs sur le visage, ni de fond vert derrière lui.

Thibaut Weise a toujours travaillé sur la reconstitution d’objets en trois dimensions et en temps réel. Il a participé au développement d’algorithmes qui s’intégrèrent dans la caméra Kinect de Microsoft. «Notre logiciel est capable de détecter les déformations d’un visage et de reproduire exactement les expressions de l’utilisateur», explique-t-il.

La technologie, qui a été présentée au Salon allemand FMX (une grande conférence destinée à l’industrie du film d’animation), a suscité l’intérêt de nombreux professionnels. Thibaut Weise ne cache pas ses ambitions internationales: «Notre clientèle cible est avant tout les studios d’animation de petite et moyenne taille, mais aussi les fournisseurs de jeux vidéo et les centres de recherche universitaires.» Le CEO de 31 ans confirme de nombreuses discussions en cours avec des spécialistes du secteur provenant de Chine et du Japon, mais aussi des Etats-Unis, du Canada ou de la France.

Commercialisée depuis novembre, la licence du logiciel est vendue 1500 dollars par an aux studios d’animation, 800 dollars aux amateurs privés, et enfin 150 dollars aux étudiants. Téléchargeable directement depuis le site web de la société, sa deuxième version est disponible depuis vendredi. «Nous espérons convaincre rapidement plus de 1000 utilisateurs», prévoit Thibaut Weise.

Si la concurrence est surtout incarnée par l’entreprise canadienne Di-O-Matic ou l’américaine Image Metrics, le CEO de Faceshift demeure très confiant: «Notre logiciels est plus précis car il capture un plus grand nombre de points du visage. Nos avatars sont de plus en plus réels». Selon Thibaut Weise, le succès programmé de Faceshift devrait voir son équipe passer de quatre à sept personnes à court terme. Souhaitant développer des partenariats avec d’autres acteurs spécialisés dans la capture, il n’exclut pas l’idée de se concentrer sur celle des mains, voire du corps tout entier.

Réfléchissant aussi à un projet de réseau social de communication entre avatars, le jeune CEO mise sur une croissance mensuelle du chiffre d’affaires de Faceshift située entre 15 et 20%. Désormais coachée par le cabinet Accenture et accompagnée par l’OSEC, la start-up suisse devrait devenir à moyen terme un acteur incontournable du secteur.

Les prix du 5e Venture Night

La start-up suisse Faceshift est le grand gagnant de la 5e édition de l’Alp ICT Venture Night qui s’est tenue jeudi soir, durant la conférence Lift13 consacrée aux nouvelles technologies. Huit start-up suisses avaient été sélectionnées par Alp ICT (le cluster dédié aux technologies de l’information et de la communication) et ses partenaires: Aptarism, Cooa.La, Coteries, Faceshift, Keylemon, Memoways, Stablish.Me, Tegona & Everdreamsoft. Le jury, composé d’entrepreneurs suisse de renommée internationale, a primé à deux reprises la start-up spécialisée en reconnaissance faciale, qui permet à l’internaute de créer en temps réel son avatar. Faceshift a reçu le prix du public ainsi que celui de l’OSEC (l’Office Suisse d’expansion commerciale). Le concours destiné à promouvoir les start-up les plus innovantes de Suisse a attribué le teasing award à Tegona & Everdreamsoft, spécialisée dans les jeux vidéo.

Article écrit par Damien Grosfort et publié dans l’Agefi le 11 février 2013